La halte nautique de Génelard (Le Bassin)

Dans un cadre agréable, la halte nautique de Génelard accueille chaque année des dizaines de bateaux de plaisance. Elle dispose d'une vingtaine de points d'amarrage et de cinq bornes électriques. Le stationnement est gratuit mais ne doit pas excéder 72 heures. Les plaisanciers sont prioritaires pour l’approvisionnement en eau et électricité sur les bornes, par rapport aux voyageurs en camping-car
Aucun stationnement n’est autorisé pendant le chômage du canal.

 

Son Histoire (sous les pavés un peu de Génelard)

 

 Au début du XXe siècle, la halte fluviale était surnommée « Le quai des pavés de Paris » . En effet, c'est à partir de 1905 que les pavés en bois des rues de Paris, glissants en cas de pluie et peu hygiéniques, sont remplacés peu à peu par des pavés en pierre. Extraits et taillés dans les carrières de Sylla à Martigny-Le-Comte ou Baron, ils étaient ensuite stockés à Génelard puis chargés sur les péniches, direction la capitale pour un voyage de 20 jours. L'histoire raconte, qu'un quart des pavés de Paris ont été chargés ici. Le minerai de la mine de Génelard était également chargé au Bassin et acheminé jusqu'aux aciéries Scheider au Creusot, et ce, à partir du milieu du XIXe siècle. (Sources « Génelard, histoire d'un village en Bourgogne du Sud » association PA.GE)

 

Aujourd'hui deux constructions ont modifié le paysage. Le premier bâtiment à usage des plaisanciers, équipé de sanitaires, d'une douche et d'un hall d'accueil et d'information, date de 1995. Le second, le Centre d’interprétation de la ligne de démarcation, a été inauguré le 18 juin 2006, il s'inscrit dans le circuit des chemins de mémoire. La façade en métal rouillé est un choix osé de l’architecte Patrick Delesvaux. Depuis octobre 2015, la bâtisse abrite également la bibliothèque ainsi qu'une salle d'expositions temporaires et s'appelle désormais « Pôle Culturel et Touristique » .